Accueil Uniterre.com

Tourisme solidaire - Tourisme équitable

 

Les agences de voyage

Suite de l'Entretien sur le TOURISME SOLIDAIRE avec TransHumans
(juillet 2011
)

TransHumans

TransHumans

Transhumans EVT Agrément argentin Nº 14497 Disp. 409/2010
Av Córdoba 966, 1º K (1054) Ciudad de Buenos Aires
Tel/Fax: 00 54 11 4326 4867.
Email: Info@transhumans.com.ar
Msn: transhumans@hotmail.com.ar / Skype: Transhumans Voyages
Site web : www.transhumans.com.ar/


6 - Le Réseau de Tourisme Responsable Argentin vous soumet-il à une charte ? Laquelle ? Est-ce simplement un modèle dont vous vous inspirez ou avez-vous été contrôlé au moment de votre création ou et en cours d'exercice ? Le cas échéant, jugez-vous ces contrôles fiables ou y voyez-vous des améliorations possibles ? En clair, comment peut-être certain qu'une agence qui se dit solidaire, l'est effectivement sur le terrain ?

Le réseau soumet ses adhérents à une charte (« código de etica » consultable sur le site du réseau HYPERLINK "http://www.reddeturismoresponsable.org" www.reddeturismoresponsable.org) et réalise une évaluation annuelle des membres du réseau en leur attribuant un indice de respect de cette charte et les objectifs à atteindre pour l’année suivante.
L’évaluation faite s’intéresse à la responsabilité sociale et énergétique de l’agence et permet d’avoir un aperçu global de l’engagement de celle-ci. On regrette qu’il n’y ait pas plus de contrôles de terrain mais le Réseau de Tourisme Responsable argentin a été créé récemment et ces contrôles vont progressivement se mettre en place.
Le meilleur moyen d’évaluer si une agence qui se dit solidaire l’est effectivement sur le terrain est peut-être de se fier aux projets et actions qu’elle accompagne et à la transparence avec laquelle elle en parle.

7 - Seriez-vous prêt à publier sur votre site ou à diffuser des témoignages de voyageurs ayant choisi votre agence, au-delà des quelques phrases de contentement ou de remerciement que l'on peut lire parfois sur certains sites et qui ressemblent davantage à des slogans qu'à de véritables analyses ? Y verriez-vous un éventuel avantage pour le public néophyte ou ayant simplement besoin légitimement d'être rassuré sur ses choix ?

Nous avons déjà un certain nombre de témoignages que nous souhaiterions mettre prochainement en ligne. Nous n’avons pas eu à ce jour de voyageurs qui soient repartis déçus par nos prestations, mais le cas échéant, si les remarques sont constructives et/ou peuvent permettre aux futurs voyageurs de mieux connaître TransHumans et leur éviter de choisir un circuit qui ne correspondrait pas à leurs attentes, ce serait bien entendu un avantage et un moyen supplémentaire d’accomplir notre vœu d’information objective et sincère.

8 - Que pensez-vous des prix pratiqués par les associations de tourisme solidaire ? De quelle façon faut-il établir une comparaison avec les tarifs que propose le tourisme de masse ? La part prélevée sur le montant des séjours  pour les actions locales, en règle générale de 6% (est-ce votre cas ?), justifierait-elle une éventuelle rigueur dans les tarifs proposés (absence de promotions par exemple)?

Les voyages de tourisme responsable incluent les services de logement, de transport et de restauration rémunérés justement qui en soi ne coûtent pas plus cher que ce que peut offrir le tourisme de masse. Le standing est certes différent mais l’expérience humaine et l’enrichissement culturel sont incomparables.
La différence de prix réside principalement, pour notre part, dans les coûts de production et de suivi des circuits. Il est relativement simple en quelques coups de fils ou mails de joindre et réserver à l’autre bout du monde des services de transports, hôtels et excursions quelconques sans se préoccuper de la responsabilité sociale des prestataires.
En revanche, la création de voyages solidaires implique d’autres compromis tant avec les prestataires locaux, qui sont généralement de petites initiatives familiales ou associatives locales, qu'avec les voyageurs. Il est essentiel d’aller sur le terrain, de rencontrer et de connaître ces villageois, ces familles, ces personnes avec qui va s’établir une relation de confiance mutuelle plusieurs mois ou années avant la création d’un voyage. Et puis une fois le voyage réalisé, la relation continue, des projets se mettent en place...
Dans notre cas, la part prélevée sur le montant des séjours varie de 1 à 5% selon l’approche choisie par le voyageur : 5% dans le cas de l’approche Solidaire décrite plus haut, 2 à 5 % dans le cas des approches Culturel et Aventure et 1 à 2% pour les séjours dit Découverte. A la fin du voyage, après avoir pris connaissance et/ou participé aux projets solidaires de développement, à chacun des voyageurs de décider de faire un don supplémentaire ou non pour appuyer le développement des projets.
Sur notre site, dans la partie « bons plans » nous proposons régulièrement des promotions pour ceux qui préparent leur voyage avec anticipation.

9 - Vivez-vous une relation privilégiée avec vos "clients", avec les populations locales et avec les organisations diverses opérant sur place, telles que les ONG ? Et avec les autres acteurs du tourisme solidaire ? Confrères ou concurrents ? Comment s'établit la communication entre tous ces intervenants ?

En tant qu'agence locale, nous sommes en contact permanent avec les populations et ONG locales avec lesquelles nous travaillons et entretenons des liens d’amitié. Les "clients" deviennent généralement des amis qui reviennent ou projettent de revenir nous voir pour continuer leur découverte de l'Amérique du sud.
Nous nous réunissons régulièrement avec les acteurs et confrères du tourisme solidaire au sein du Réseau de Tourisme Responsable Argentin pour mettre en place des actions locales de promotion et de sensibilisation du grand public.

10 - Évaluez-vous déjà les résultats de votre démarche de voyages solidaires dans les régions où vous intervenez ? Comment choisissez-vous les lieux concernés ? Qu'apporte sur place une action telle que la vôtre, matériellement et humainement ?

Nous avons réalisé des évaluations de l’impact des voyages solidaires sur l’amélioration concrète de la qualité de vie des familles d'accueil mais notre activité est encore trop irrégulière pour pouvoir en tirer des conclusions pertinentes. En revanche, les projets que nous accompagnons sont des actions concrètes qui permettent aux écoles et ONGs locales d’améliorer le contenu pédagogique des enseignements et des actions de sensibilisation. Nous finançons régulièrement du matériel de jardinage, des graines et des arbustes, des supports pédagogiques adaptés au contexte socio-culturel et environnemental local et l’assistance technique d’agronomes ou de professionnels de l’éducation à l’environnement.
Dans la province de Jujuy, l’une des plus pauvres d’Argentine, de 2007 à 2011, nous avons financé et participer à la construction de trois serres et du matériel de jardinage pour l’école de San Francisco de Alfarcito, nous avons financé du matériel audio pour la radio scolaire de l’école d’Hornaditas, ainsi que de l’assistance technique, du matériel de jardinage et un poulailler pour la Fondation Integrar. Dans la province de Misiones nous avons financé le matériel nécessaire et participé à la mise en place d’un jardin potager dans les écoles de Pindo Poty et Jejy.
Pour ce qui est des voyages, le choix des lieux et régions d’intervention se fait en fonction des initiatives locales existantes. Nous ne travaillons qu'avec des familles ou des communautés ayant déjà mis en place une initiative liée au tourisme avant notre arrivée.
Concernant les projets solidaires de développement avec les écoles et les ONGs, nous privilégions celles qui sont présentes dans les villages et sur les lieux de passage des séjours mais également avec des écoles ou des associations qui nous sollicitent et dont les projets correspondent aux objectifs éducatifs que nous souhaitons promouvoir.

11 - Comment voyez-vous l'avenir du tourisme solidaire ? Tiendra-t-il ses engagements ou risque-t-il d'être victime de son éventuel succès ? Que doit-on lui souhaiter?

L’expérience du bio et du commerce équitable nous amènent effectivement à nous poser ces questions, cependant, si les consommateurs de produits bio n’ont pas ou peu les moyens de vérifier personnellement ce qu’il se passe sur le terrain, les voyageurs responsables et solidaires, eux, vont sur le terrain, cotoient directement les bénéficiaires et les prestataires de services que sont les familles, les villageois, les associations, visitent et/ou participent aux projets et peuvent évaluer eux-mêmes la validité des informations qu’ils ont reçu avant leur départ.
Une agence ou association qui ne tient pas ses engagements a de fortes chances, nous l’espérons en tout cas, de perdre rapidement sa crédibilité auprès du public.
Nous souhaitons bien évidement que le tourisme solidaire et responsable se démocratise et se diversifie afin de pouvoir offrir à chacun les vacances qu’il désire dans le respect de l’environnement, des cultures et des personnes, mais aussi et surtout, afin que les communautés et familles locales qui nous invitent à partager leur intimité et leur culture dans l’espoir d’une vie meilleure puissent grace à leur travail améliorer réellement leur qualité de vie.



Retour à la présentation de l'association TransHumans
Retour au sommaire des agences solidaires sélectionnées