Accueil Uniterre.com

Tourisme solidaire - Tourisme équitable

 

Les agences de voyage

Association Amazanga HYPERLINK "http://www.culturecontact.org" \t "_blank"
Cesar Cerda & Nolwenn Liebard
A.P/15-01-74
Tena, Napo Ecuador
Adresse postale en France : 10 impasse du reservoir - 56260 Larmor-plage
Mail: HYPERLINK "mailto:wuimancerda@yahoo.com" wuimancerda@yahoo.com (en espagnol)
HYPERLINK "mailto:liebardnolwenn@aol.com" liebardnolwenn@aol.com (en français ou espagnol)
Par téléphone:
depuis la France : 00 593 98 35 86 27,
depuis l'Equateur : 0 98 35 86 27
Site Web (en français) : HYPERLINK "http://www.amazanga.org" \t "_blank" www.amazanga.org


Présentation :


L'association Amazanga, est née en juin 2004, suite à un stage de développement de 3 mois réalisé pendant l'été 2003 où Nolwenn Liebard (26 ans, française, jeune diplômée de l'Ecole Internationale de Commerce et de Développement, l' EICD 3A à Lyon. Séjours de 8 ans à l'étranger (Egypte, Tunisie, Guyane Française), attirance par les voyages et la solidarité internationale) a découvert et participer à l'enjeu actuel et principal de la population indigène de la région : l'exploitation pétrolière. Ce vécu lui a renforcé sa volonté de s'investir au côté de César Cerda (40 ans, natif Kichwa, leader de la communauté, créateur et responsable des cabanes touristiques " Nanambiiki " de Campo Cocha. Lutte pour les droits des Kichwas, grand défenseur de l'environnement, vision à long terme) pour défendre les droits des indiens Kichwas et plus particulièrement dans la sauvegarde de leur habitat et culture : la forêt amazonienne. HYPERLINK "http://www.ritimo.org/cdtm34/" \t "_blank"

La démarche solidaire :

L'initiateur de ce projet touristique, César W. Cerda, lutte depuis plusieurs années pour sa communauté et les droits des indiens Kichwas. Les cabanes Nanambiiki sont le fruit de cette lutte perpétuelle contre les différentes exploitations de la région pour protéger et conserver son environnement et sa culture. Parce que sa croyance se porte sur la protection, le respect et l'apprentissage des connaissances de la forêt Amazonienne et de la culture ancestrale de ses habitants, César W. Cerda a mis en oeuvre en 2003 les cabanes Nanambiiki. Un modèle de projet alternatif venant de la population même, pour le bien être de sa famille et de la communauté de Campo Cocha. L’arrivée de la compagnie pétrolière, il y a une dizaine d’années, a brusqué la vie de la communauté et créé des divisions internes quant à la conduite à tenir face aux « envahisseurs ». Les bénéfices du pétrole pour la population, les communautés indiennes sont :
- un emploi mais temporaire (1, 2 voir 6 mois et en général ceci concerne très peu de membres des communautés)
- de l'alimentation (pour peu de jours et peu de familles)
Les communautés peuvent obtenir de nombreux bénéfices comme l'apport d'emploi, de vivres et de l'argent en liquide, mais ceci n'est qu'un " leur ", car chacun de ses components sont temporaires, inadéquate à la vie de la population et tous ses bénéfices ne pourront jamais compenser les problèmes environnementaux et sociaux qui arrivent.
Impacts environnementaux :
- Destruction de la forêt primaire (rainforest)
- Atteintes graves à la flore et faune
- Réduction des cultures vivrières
- Contamination des sols
Aucune étude sérieuse sur l'impact des déjections pétrolières sur l'Amazonie équatorienne n'a jamais été effectuée. Chaque phase de la prospection, de l'exploration, du transport et du raffinage contribue à la détérioration de l'environnement par des modifications d'ordre physique, les produits chimiques utilisés et l'impact du produit fini lui-même. Les Kichwas del Oriente (Amazonie équatorienne) sont aujourd'hui la population indienne la plus nombreuse des six nationalités présentes en Amazonie Equatorienne. Ils représentent environ 60 000 personnes. Le système traditionnel de la communauté kichwa est caractérisé par la solidarité et l'égalité, placé sous l'autorité charismatique d'un capitaine (animateur social) et autorité spirituelle du shaman. Les activités se font en groupe, avec une division entre les tâches des hommes (construction, pêche, chasse) et celles des femmes (travaux réalisables prés de la maison (la chacra, (potager), s'occuper des enfants, de la maison). Les femmes sont en général les plus travailleuses... Les Kichwas sont également de bons agriculteurs cultivant le manioc, la banane, le cacao, le riz, le mais, le café, les haricots). Il s'agit de culture vivrière et commerciale pour les marchés de Tena. Jusqu'à récemment, les contacts avec l'extérieur étaient extrêmement réduits, voire inexistants, dû aux conditions difficiles d'accès et aux nombreux mythes sur la région et sa population. Les Indiens ne se rendaient que quelques fois par an aux marchés locaux. Ce système de vie autarcique est aujourd'hui rompu.
Les actions des Cabanes Nanambiiki :
Suite aux visites effectuées au sein des 60 familles de la communauté de Campo Cocha en septembre-octobre 2004, un ensemble de formations et d'ateliers ont commencé à voir le jour....
Ce qui a été mis en place :
Avec la fondation équatorienne Jatun Sacha (station de recherche biologique) une formation d'un an sur les plantes médicinales a été dispensée (3 jours par mois) au sein de la communauté de Campo Cocha selon les objectifs suivants :
- Apporter une formation en adéquation avec l'environnement de Campo Cocha : sur la gestion durable de la forêt et des fincas (parcelles de terrains cultivées).
- Réaliser une formation dite " pratique " et avec une vision à long terme : formation dans laquelle on met " la main à la terre " et d'une année minimum.
C'est sur les 3 constats suivants : l'insuffisance et mauvaise utilisation des latrines classiques (système à eau), le manque d'eau et les problèmes d'hygiènes que la création d'une latrine écologique sèche (séparation des sels et urines qui servent d'engrais et de fertilisants pour les plantations) a été mise en place au sein de Campo Cocha avec l'objectif suivant : La réalisation d'un prototype dans le but que la population la teste et si les résultats sont concluants, chercher d'autres financements pour équiper l'ensemble des familles.
Grâce à l'intervention d'indiens kichwas qui travaillent depuis de nombreuses années sur la revalorisation de la culture et la mise en place de projets de développement au sein des communautés indiennes, des discussions sur la revalorisation de la culture sont organisées au sein de la communauté. Ateliers réalisés pour les adultes et les enfants.
A l’heure actuelle :
Les ateliers d’artisanat, mis en place en 2005, continuent à susciter l’intérêt de la population. Le ministère de l’éducation bilingue finance maintenant depuis 2 ans le projet par le salaire d’un professeur. L’enseignement est non seulement dispensé à quelques adultes mais aussi aux enfants de l’école et aux jeunes du collège. Une maison de l’artisanat est en train de voir le jour.

Construction d’une « maison de plantes médicinales » au sein du terrain des cabanes Nanambiiki et de signalétiques environnementales avec l’aide de la fondation Aye Aye environnement (randonnée arboricole) via Annie Pech et de personnes de la communauté (étudiants, personnes âgés) « refaire prendre conscience au membre de sa communauté de leurs connaissances ancestrales de leur environnement par le biais des plantes médicinales ».
Depuis fin 2006, l'association Amazanga mène un partenariat avec une MJC de Paris sur le thème de l’échange de culture par le biais de la réalisation d’un journal qu'elle élabore et envoie en France tandis que la MJC lui transmet leurs journaux. Participation tous les mardi de 12 enfants de la communauté âgés de 8 a 12 ans. Les différents thèmes abordés : citoyenneté, l’éducation à l’environnement, prise de confiance etc..
Projet touristique communautaire, suite à la volonté de la communauté de recevoir en son nom des touristes, Amazanga a réussi a avoir des contacts avec quelques agences de voyages locales qui désiraient que leurs touristes passent une journée au sein d’une communauté. Actuellement l'association aide les volontaires de la communauté en formation, organisation et planification des séjours.

Amazanga c'est aussi "Sensibiliser et éduquer les voyageurs dans leur découverte de la forêt amazonienne et de sa biodiversité au sein des cabanes touristiques locales Nanambiiki ".

Voyages proposés :

Communauté de Campo Cocha, Tena, Napo, Equateur.
Cabanes touristiques Nanambiiki. Séjours en général de 3 ou 4 nuits en Amazonie. Et tout ceci dans 3 cabanes d'une capacité de couchage de 20 personnes (deux cabanes de 4 personnes, une de 3 personnes, et 4 chambres pour couples)), réalisées avec les matériaux de la forêt (bois, toit de feuille de palmier) respectant l'architecture traditionnelle Kichwa. Les cabanes sont implantées dans le milieu naturel de la forêt secondaire, entourées de plantations : manioc, bananiers, papayers, plantes ornementales et médicinales. Chaque cabane dispose des commodités basiques : toilette écologique, douche, moustiquaire. A proximité, le fleuve avec sa petite plage permet de prendre un bain tranquillement sous le manteau de la forêt amazonienne. Vous serez accompagné par César, Nolwenn ou un membre de la communauté tout au long de votre séjour. Tous connaissent très bien leur environnement (histoire, culture, faune, flore).Ils parlent kichwa et espagnol. Nolwenn et des volontaires feront office de traducteurs lors des activités uniquement si besoin est, nous souhaitons privilégier le rapport direct entre les guides et vous. (détails des activites sur le site)
Tarifs :
30 USD pour une journée et une nuit par personne (TTC). Le prix inclus la pension complète et les activités. Ne sont pas inclus :
- Le transport A/R Tena - Cabanes Nanambiiki.
- La pirogue (25$ pour la journée par groupe, si moins de 4 personnes)
- La rencontre avec le chaman (apport volontaire).Nous avertir si vous voulez vivre cette expérience.
Tarif séjour 3 nuits :
30$*3 : 90$/pers
Tarif séjour 4 nuits :
30*4 : 120$/pers
Pour les individuels et routards le paiement s'effectue en dollars sur place à l'arrivée.

L'avis de la rédaction :
Il faudrait plusieurs pages pour vanter la santé active de cette jeune association dont le site web est clair et détaillé, et dont la presse et nos confrères renvoient un très bon écho ("http://www.echoway.org/page12.php?ct=8&py=260&li=68" echoway par exemple). C'est en effet un système simple mais évolutif et accès sur la compréhension, le partage, et la revalorisation de principes écorchés par l'industrie pétrolière. C'est une véritable implication solidaire. Nous vous encourageons vivement à découvrir cette association et à vous rendre en Equateur pour la rencontrer et séjourner dans ses cabanes traditionnelles, écologiques, reflet d'une communauté qui aurait tant à nous apprendre. De plus l'association Amazanga a besoin de partenaires, de soutiens, de bénévoles... et de visiteurs qui favoriseront le travail d'écotourisme qu'elle a mis en place dans le respect de la population locale qui y participe et en bénéficie. C'est par l'échange que le monde peut évoluer.




Retour au sommaire des agences solidaires sélectionnées