Accueil Uniterre.com

Tourisme solidaire - Tourisme équitable

 
ENTRETIEN sur le TOURISME SOLIDAIRE avec Culture Contact
(octobre 2006
)

CULTURE CONTACT
8 Boulevard du Rivelin
34150 Gignac
0467597576

site: www.culturecontact.org
courriel:contact@culturecontact.org

1. Culture Contact, vous êtes une association plutôt nouvelle sur le marché du tourisme solidaire, n'est-ce pas ? Peut-on parler d'ailleurs dans ce domaine d'un marché ?

Notre association a été créée le 8 avril 2005, donc récemment.
D'un point de vue strictement économique, le tourisme solidaire peut apparaître comme une niche au sein du marché mondial du tourisme.
Néanmoins, beaucoup de structures, et c'est le cas de Culture Contact, visualisent les rapports entre voyageurs adhérents, partenaires et associations comme une démarche à but non lucratif. La notion de marché peut à ce titre paraître inappropriée.

2. Qu'est-ce qui vous a motivé à proposer ce type de voyages basés sur le respect mutuel : Votre expérience ? Une prise de conscience ? La rencontre avec les populations locales ? avec la Maison des Tiers Mondes et de la Solidarité Internationale ? avec ATES (Association pour un Tourisme Equitable et Solidaire) ? Doit-on parler de militantisme ? Pourriez-vous résumer pour nos lecteurs votre parcours ?

Les cofondateurs ont un cursus en environnement et en anthropologie. Ces deux personnes ont voyagé dans les pays du sud, vécu à l'étranger de nombreuses années, et ont une sensibilité pour les rapports Nord/Sud, qui les ont amenés à fréquenter la Maison des Tiers Mondes et de la Solidarité Internationale et le Centre de Documentation Tiers Mondes depuis de nombreuses années.
L'envie de travailler dans le domaine des alternatives, le vécu, ainsi que le constat que l'on peut faire sur l'impact actuel du tourisme, ont conduit à la création de Culture Contact, qui se veut une association militante.
Nous avons intégré l'ATES le 14 janvier 2007 (création de l'ATES le 30 mai 2006). Il nous semble essentiel de faire partie de structures partageant une même éthique pour renforcer notre action et gagner en lisibilité.

3. Qu'entendez-vous par "L'implication des communautés dans les pays d'accueil doit être maximale" ?

L'implication doit être de deux ordres :
- au niveau touristique, les prestations proposées doivent être initiées, conçues et mises en oeuvre par les populations autochtones (concernant les communautés humaines, on parle de « tourisme communautaire »). Elles doivent inclure, autant que faire ce peut, un large panel de la population et permettre une répartition des bénéfices au profit du plus grand nombre.
- au niveau des projets de développement locaux financés, ils doivent être définis et gérés par les communautés dans le cadre d'une prise de décision collective, ceci étant par ailleurs un gage de réussite.
En un mot, méfions-nous du paternalisme, trop d'erreurs ayant été commises en imposant une vision nordiste aux cultures du sud. Ceci n'est souhaitable ni d'un point de vue éthique, ni du point de vue du voyage.

4. Qu'entendez-vous par "susciter une prise de conscience de l'impact écologique, économique et socio-culturel des voyages sur les hommes et les milieux rencontrés lors des séjours ?"

En tant qu'association, nous devons nous démarquer par une réflexion sur l'impact du tourisme.
Là encore, l'implication des communautés joue un rôle crucial. Attachées à leur culture et à leur milieu, elles construisent leur projet de tourisme avec le souci de valoriser leur environnement et leur mode de vie, de les protéger de toute dégradation et de toute aliénation.
En outre, la volonté de travailler avec de tout petits groupes permet de minimiser cet impact.
De plus, nous essayons de sensibiliser les voyageurs à ces problématiques lors d'entretiens, dans la charte, avec notre lettre d'information et l'envoi du livret « Vacances, j'oublie tout » édité par Ritimo.

5. Vous placez sur votre site une charte tripartite. Est-ce simplement un modèle dont vous vous inspirez ou avez-vous été contrôlé au moment de votre création ou et en cours d'exercice ? Le cas échéant, jugez-vous ces contrôles fiables ou y voyez-vous des améliorations possibles ? En clair, comment peut-être certain qu'une agence qui se dit solidaire, l'est effectivement sur le terrain ?

La charte tripartite a été co-rédigée par le Conseil d'Administration de Culture Contact et par nos partenaires en fonction de l'éthique que nous voulions donner aux voyages. Nous n'avons subi aucun contrôle concernant cette charte. Actuellement, il est évident qu'il manque une phase de contrôle, mais la situation semble évoluer. A ce titre, la création de l'ATES est un espoir pour nous.



Lire la suite de l'entretien sur le tourisme solidaire avec Culture Contact