Accueil Uniterre.com

Tourisme solidaire - Tourisme équitable

 

Nous avons décidé de recueillir des retours d'expériences pour mieux guider les voyageurs dans leur choix d'un opérateur ou simplement pour faire connaitre la réalité d'une expérience de voyage solidaire....

25) Août 2010, Pérou (Célia)

1- Choix du voyage
Présentez-vous ainsi que le voyage effectué et les raisons de votre choix.

A 23 ans, je n’ai jamais mis un pied en dehors de la France mais j’ai besoin de voyager, me changer les idées, voir autre chose (les conditions de vie du reste du monde ne me laissent pas indifférente),
J’ai eu un bref aperçu des paysages péruviens, la culture Inca m’a toujours fascinée au même titre que la civilisation égyptienne donc le Pérou n’est pas un choix au hasard. Après avoir consulté plusieurs sites, j’opte pour un séjour éco-solidaire, séjour qui n’est pas forcément plus cher qu’un autre et qui surtout, est à mon sens plus proche de ce que je recherche.

2- Implication des populations locales au niveau de la proposition touristique (organisation, activités, hébergement, repas)
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblées actrices de leur projet de tourisme ou figurantes d'un projet extérieur ?

Les populations nous ont fait partager leurs activités avec plaisir et étaient ouvertes aux propositions diverses que nous aurions pu suggérer. (Par exemple : leur faire découvrir un plat français alors qu’elles nous apprenaient à faire des piments farcis).
Au niveau organisation il m’a semblé qu’elles s’adaptaient complètement au groupe.
Par contre certaines communautés du lac m’ont paru plus en retrait du projet, collant fidèlement au programme. (Notamment à Amantani où j’ai beaucoup plus ressenti le fait d’être une touriste profitant du gite et couvert de la famille.)

3- Implication des populations locales au niveau des projets de développement locaux financés par 6% du prix de votre séjour
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblées actrices de ces projets ou peu impliquées dans la réalisation de ceux-ci ?

Les femmes de l’association Riqchariy Warmi m’ont eu l’air toutes très impliquées dans leur activité.
La présidente nous a expliqué de façon enthousiaste le fonctionnement de l’association ainsi que le rôle de chacune. Elle nous a également fait part de son désir de promouvoir le projet et de se diversifier en proposant éventuellement une nouvelle forme d’artisanat. J’ai donc le sentiment que mon argent est investi à des fins utiles et permet à ces femmes d’avoir une reconnaissance justifiée de leurs efforts.

4- Rencontre et échange
Concernant ces populations, avez-vous eu l'impression d'avoir des contacts plutôt naturels ou plutôt intéressés ?

Nous étions conscients avant de partir que le tourisme représentait la majeure partie des revenus des familles d’accueil et des autres intervenants, mais nous avons pu partager leur quotidien naturellement sans qu’il y ait d’ambigüité quant à leurs intentions.

5- Répartition des bénéfices
En considérant l'ensemble des acteurs du circuit, vous a-t il semblé que celui-ci générait des bénéfices plutôt à un nombre restreint de personnes, ou ce séjour semble-t-il plutôt construit au profit du plus grand nombre ?

Même si je n’ai qu’une vague idée des répercutions réelles du séjour sur la population (en dehors des projets locaux), je pense que les bénéfices sont bien répartis dans la mesure où le circuit nous amène à découvrir diverses régions et communautés. Cette configuration permet d’intervenir à différents niveaux en fonction des besoins de chacun et donc est nettement plus bénéfique que si elle ne ciblait qu’un groupe en particulier.

6- Taille des groupes
La taille de votre groupe a-t-il eu une influence sur l'ensemble du déroulement du voyage ?

La taille restreinte du groupe permet une meilleure proximité. Si nous avions été 15 personnes, nous n’aurions pas pu bénéficier d’autant d’attention et d’écoute de la part du guide. Là il était présent quand l’un était malade, il a adapté le circuit selon les désirs ou la forme physique de chacun etc.
Nous avons eu des explications sur les sites sans pour autant avoir eu l’impression d’être des clients. Au contraire, on aurait dit un copain faisant visiter sa ville natale à ses amis. Du coup, les questions s’enchainent et tout devient plus intéressant car on n’a pas la sensation d’assister à un cours d’histoire.

7- Accompagnateur
La présence d'un guide latino-américain vous réceptionnant à l'aéroport permet d'abaisser le prix du voyage tout en générant des retombées plus importantes dans le pays d'accueil. Cette solution vous t-elle semblée plutôt pénalisante ou plutôt apporter une plus-value au voyage ?

A mon sens, la présence d’un guide pour les trajets en avion est totalement superflue. Il suffit juste d’être un peu débrouillard à l’aéroport. Je préfère contribuer au développement local plutôt qu’avoir un guide qui m’accompagnera pour mes 12h de sieste/TV dans l’avion …

8- Charte
Avant de partir, vous avez signé la charte de Culture Contact, corédigée avec ses partenaires latino-américains, qui engage les co-rédacteurs et les voyageurs. Pourriez-vous la commenter et juger, ou non, de sa pertinence ?

Je pense que la Charte est présente surtout pour rassurer le voyageur plutôt que pour s’assurer de l’implication de chacun des acteurs de l’association dans le voyage.
Il me semble que toute personne s’associant à Culture Contact le fait dans le présent but de promouvoir le tourisme équitable dans son pays et par là même, il adhère aux projets de l’association.
Quant au voyageur, s’il s’est tourné vers ce type de séjour, c’est qu’il veut apporter sa contribution. Donc les notions d’ouverture d’esprit, respect doivent être pour lui une évidence.

9- Profil du voyageur
Pour apprécier un tel voyage, quelles sont les qualités que devrait, selon vous, avoir tout postulant ?

Ouverture d’esprit, sociabilité, respect d’autrui, générosité et un minimum de capacité physique !

10- Choix du voyagiste
Pour proposer de tels voyages, quelles qualités essentielles doit avoir une association ou une agence ?

L’association doit être à même de faire partager son goût du voyage, des rencontres, du partage. Il faut des acteurs impliqués à 100% dans leur projet, organisés, rigoureux et faisant preuve de transparence.

11- Le tourisme équitable et solidaire
Dans le cas d'un tel voyage, pensez-vous qu'il y ait une réelle place en France pour ces propositions qui se veulent alternatives ?

Le séjour que nous avons passé n’a rien de comparable avec celui que nous aurions pu faire avec un tour opérateur classique. Nous aurions logés en grand hôtel, aurions fait des arrêts de sites en sites (après de nombreuses heures de bus) sans jamais réellement côtoyer la population.
Ce n’est pas juste la beauté des sites qui rend un voyage inoubliable, mais c’est surtout la proximité avec la population et les moments partagés ensemble.
De plus, ce type de séjour me donne le sentiment d’avoir pu apporté mon infime participation au développement local.

 

25bis) Septembre 2010, Pérou (Monique et Alain)

1- Choix du voyage
Présentez-vous ainsi que le voyage effectué et les raisons de votre choix.

Couple nouveau retraité; Voyage au sud du Pérou choisi sur les conseils d'anciens participants sur le salon du tourisme à Bordeaux. Désir de «Voyager autrement»

2- Implication des populations locales au niveau de la proposition touristique (organisation, activités, hébergement, repas)
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblé actrices de leur projet de tourisme ou figurantes d'un projet extérieur ?

C'est au moment des rencontres avec ces populations que l'on découvre et ressent vraiment l'«Esprit équitable». Les personnes qui nous accueillent donnent le maximum d'elles-mêmes dans tous les domaines.

3- Implication des populations locales au niveau des projets de développement locaux financés par 6% du prix de votre séjour
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblé actrices de ces projets ou peu impliquées dans la réalisation de ceux-ci ?

Tous les gens rencontrés paraissent actifs et très satisfaits des démarches entreprises.(Irrigation, Métiers à tisser etc...)

4- Rencontre et échange
Concernant ces populations, avez-vous eu l'impression d'avoir des contacts plutôt naturels ou plutôt intéressés ?

Les contacts sont naturels, empreints de vérité; Pas de «Chichis» mais de l'authenticité.

5- Répartition des bénéfices
En considérant l'ensemble des acteurs du circuit, vous a-t il semblé que celui-ci générait des bénéfices plutôt à un nombre restreint de personnes, ou ce séjour semble-t-il plutôt construit au profit du plus grand nombre ?

Quelque soit le nombre de personnes bénéficiaires, cela répond à de vrais besoins. Ce qui a été ou se fait, c'est toujours ça de plus.

6- Taille des groupes
La taille de votre groupe a-t-il eu une influence sur l'ensemble du déroulement du voyage ?

Oui. 4 personnes avec un tel encadrement, c'est + que du luxe.....

7- Accompagnateur
La présence d'un guide latino-américain vous réceptionnant à l'aéroport permet d'abaisser le prix du voyage tout en générant des retombées plus importantes dans le pays d'accueil. Cette solution vous t-elle semblé plutôt pénalisante ou plutôt apporter une plus-value au voyage ?
Nous ne l'envisagions pas autrement.

8- Charte
Avant de partir, vous avez signé la charte de Culture Contact, co-rédigée avec ses partenaires latino-américains, qui engage les co-rédacteurs et les voyageurs. Pourriez-vous la commenter et juger, ou non, de sa pertinence ?
Rien à changer.

9- Profil du voyageur
Pour apprécier un tel voyage, quelles sont les qualités que devrait, selon vous, avoir tout postulant ?

La curiosité, l'observation, l'envie de se fondre dans la culture passée et présente de ce pays.

10- Choix du voyagiste
Pour proposer de tels voyages, quelles qualités essentielles doit avoir une association ou une agence ?
Les vôtres.

11- Le tourisme équitable et solidaire
Dans le cas d'un tel voyage, pensez-vous qu'il y ait une réelle place en France pour ces propositions qui se veulent alternatives ?
Nous en sommes convaincus. Mais comment communiquer un maximum ? Peut-être un problème de coût?

12- Autres aspects non abordés
Pourquoi ne pas créer un club des anciens participants?
Il faudrait qu'Erick et sa femme puissent connaître un jour la France et que nous les recevions comme ils ont su le faire.

------------------------------------------------------------

Évaluations suivantes...

Retour à la première évaluation

Retour à la seconde évaluation

Retour à la troisième évaluation

Retour à la quatrième évaluation

Retour à la cinquième évaluation

Retour à la sixième évaluation

Retour à la septième évaluation

Retour à la huitième évaluation

Retour à la neuvième évaluation

Retour à la dixième évaluation

Retour à la onzième évaluation

Retour à la douzième évaluation

Retour à la treizième évaluation

Retour à la quatorzième évaluation

Retour à la quinzième évaluation

Retour à la seizième évaluation

Retour à la dix-septième évaluation

Retour à la dix-huitième évaluation

Retour à la dix-neuvième évaluation

Retour à la vingtième évaluation

Retour à la 21ème évaluation

Retour à la 22ème évaluation

Retour à la 23ème évaluation

Retour à la 24ème évaluation

Retour à la présentation de l'agence Culture Contact

Retour à l'entretien sur le tourisme solidaire avec Culture Contact

Retour au sommaire des agences solidaires sélectionnées