Accueil Uniterre.com

Tourisme solidaire - Tourisme équitable

 
EVALUATION DE VOYAGEURS ayant choisi Culture Contact

CULTURE CONTACT
8 Boulevard du Rivelin
34150 Gignac
0467597576

site: www.culturecontact.org
courriel: contact@culturecontact.org

Nous avons décidé de recueillir des retours d'expériences pour mieux guider les voyageurs dans leur choix d'un opérateur ou simplement pour faire connaitre la réalité d'une expérience de voyage solidaire....

4)


1- Choix du voyage
Présentez-vous ainsi que le voyage effectué et les raisons de votre choix.

Odile Quillard - 42 ans - fonctionnaire
Depuis mon enfance, je rêve d'aller en Amérique du Sud pour être le plus proche possible des communautés. Je voulais le faire dans le cadre d'un tourisme équitable.

2- Implication des populations locales au niveau de la proposition touristique (organisation, activités, hébergement, repas)
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblées actrices de leur projet de tourisme ou figurantes d'un projet extérieur ?

Nous avons toujours été très bien acceptés et même, il me semble, « chouchoutés » au niveau de l'hébergement et des repas.

Ils nous ont expliqué leur micro-activité, comme à El Chontal, le savon, avec fierté.

3- Implication des populations locales au niveau des projets de développement locaux financés par 6% du prix de votre séjour
Les populations locales rencontrées vous ont-elles semblées actrices de ces projets ou peu impliquées dans la réalisation de ceux-ci ?

A El Chontal, une maison de quartier était en construction, les populations locales sont actrices des projets,

4- Rencontre et échange
Concernant ces populations, avez-vous eu l'impression d'avoir des contacts plutôt naturels ou plutôt intéressés ?

Je n 'ai pas eu l'impression d'avoir eu des contacts intéressés.
Jamais, on ne s'est senti forcé à acheté leurs produits d'exploitation.

5- Répartition des bénéfices
En considérant l'ensemble des acteurs du circuit, vous a-t il semblé que celui-ci générait des bénéfices plutôt à un nombre restreint de personnes, ou ce séjour semble-t-il plutôt construit au profit du plus grand nombre ?

Lors de la visite de Manduriacos, nous avons vu toute une série de micro-entreprises, une école à distance. Je pense donc qu'un grand nombre de personnes profitent des bénéfices.

6- Taille des groupes
La taille de votre groupe a-t-il eu une influence sur l'ensemble du déroulement du voyage ?

Oui, 6 personnes semble être le maximum pour pouvoir rester dans des familles comme celle de Segundo Morales à Cotacachi.

7- Accompagnateur
La présence d'un guide latino-américain vous réceptionnant à l'aéroport permet d'abaisser le prix du voyage tout en générant des retombées plus importantes dans le pays d'accueil. Cette solution vous-a t-elle semblée plutôt pénalisante ou plutôt apporter une plus-value au voyage ?

Plus-value au voyage.

8- Charte
Avant de partir, vous avez signé la charte de Culture Contact, corédigée avec ses partenaires latino-américains, qui engage les co-rédacteurs et les voyageurs. Pourriez-vous la commenter et juger, ou non, de sa pertinence ?

La charte correspond à l'idée que je me fais des voyages, soit 6% du prix des séjours pour la réalisation des projets, mais aussi le respect de chacun, un échange d'idées, être plus proche de chacun (ce qui n'est possible qu'en voyageant en petit nombre).

9- Profil du voyageur
Pour apprécier un tel voyage, quelles sont les qualités que devrait, selon vous, avoir tout postulant ?

Avoir des connaissances sur l'actualité du pays, des bases en espagnol, savoir s'adapter.

10- Choix du voyagiste
Pour proposer de tels voyages, quelles qualités essentielles doit avoir une association ou une agence ?

Ecouter les population comme indiqué dans le bulletin semestriel Culture contact info d'avril 2007. Je pense que l'on doit voyager en petit nombre, même si cela engendre moins de bénéfices pour un meilleur échange.

11- Le tourisme équitable et solidaire
Dans le cas d'un tel voyage, pensez-vous qu'il y ait une réelle place en France pour ces propositions qui se veulent alternatives ?

Je pense que oui, principalement dans les régions agricoles où il y a une culture biologique. On pourrait expliquer leur savoir-faire, participer aux travaux et découvrir la région.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Évaluation 5

Retour à la première évaluation

Retour à la seconde évaluation

Retour à la troisième évaluation

Retour à la présentation de l'agence Culture Contact

Retour à l'entretien sur le tourisme solidaire avec Culture Contact

Retour au sommaire des agences solidaires sélectionnées